Vanessa Rey-Coyrehourcq

Une artiste Microcosme depuis 2015.
/// Découvrez ses oeuvres sur la boutique en ligne.

C’est une rencontre qui ne date pas d’hier, lorsqu’on doit remonter le fil du temps entre Vanessa Rey-Coyrehourcq et Le Microcosme. Une histoire de camarades de classe, tout d’abord, à la fin des années 90. Mais cette partie restera dans la sphère privée.

Accélérons tout de suite jusqu’en 2012. À cette époque, Le Microcosme n’est pas encore né, mais les anciens camarades de classe, eux, se retrouvent, lors d’un repas « d’anciens ». Le contact, perdu avec les chemins d’études et de vie qui diffèrent, est renoué. L’occasion de découvrir la profession de Vanessa : scénographe.

Que ce soit dans un musée ou dans un théâtre, son travail consiste à mettre en espace et à concevoir les scènes qui seront parcourues des jambes (ou des yeux) par des visiteurs et des spectateurs. C’est la fameuse scénographie, à laquelle nous pensons également lorsque nous accrochons une exposition : réfléchir, parfois même dans le plus simple des apparats, au voyage que notre mise en scène va susciter chez celui qui regarde, de façon à ce que l’histoire coule de source.

Pour travailler sur ses scénographies, Vanessa réalise de petits croquis, au crayon, afin de préparer ses mises en scène. Vous sentez se pointer le lien avec Le Microcosme ? Son trait fin et son univers bucolique et naïvement charmant nous séduisent. Alors, quand l’ouverture de notre première galerie se prépare, au début de l’année 2015, nous lui proposons de franchir un cap : accepterait-elle de dessiner, non plus pour elle, mais pour nous et nos visiteurs ?

Le challenge est accepté et Vanessa entre dans la partie consacrée aux artistes résidents de notre espace de la rue Pannecau, à Bayonne, le 6 mars 2015. Elle y aura une place à l’année sur laquelle elle présentera d’abord un nombre de dessins qui se comptent sur les doigts d’une main.

Le « Cucurbitaceae » de Vanessa Rey-Coyrehourcq, l’un des premiers dessins de l’artiste exposé au Microcosme.

Cette collaboration, avec cette « mise au dessin » de la scénographe, promet d’être riche. Elle est marquée dès le départ par un symbole: c’est elle qui réalise la toute première vente du Microcosme. Une œuvre que nous n’avons, faiblesses du début obligent, pas eu le temps de prendre en photo pour vous la présenter ici!

Par la suite, elle se laissera aller à d’autres dessins, à des essais de différentes présentations. La majorité de ses réalisations sera en noir et blanc, par un travail au Rotring, ces stylos aux pointes de différents formats, fréquemment utilisés par les architectes.

Elle entame une série, intitulée « Les (toutes) petites choses de la vie », qui sera un franc succès. Il s’agit de petits tryptiques au format final de 10x15cm, représentant des paysages. En 2015, la majorité de ces représentations concernent le Pays Basque, avant de s’élargir en 2016 aux panoramas de Vendée ou d’Île de France.

Quelques « petites choses » réalisées en 2015.

Sa technique est celle-ci : elle va prendre un photo un coin qui lui plaît, dans un angle que seul son œil sait choisir, et c’est par cette image qu’elle va ensuite travailler, à main levée, sur un dessin. Certaines « petites choses » auront un format plus grand, allant parfois jusqu’au A4 (21 x 29,70cm). Mais la complexité des détails et la finesse de ses œuvres obligent à un format mesuré.

Elle s’essayera aussi à d’autres formats et présentations, aux feutres de couleurs…

« La montagne », de Vanessa Rey-Coyrehourcq. Une œuvre en triptyque réalisée aux feutres sur 3 papiers 24x30cm, avec encadrements bois, et qui fait partie de la collection des « Chromatiques ».

Parce qu’elle poursuit ses activités en parallèle du Microcosme, nous nous faisons un plaisir de l’accompagner : lorsqu’elle illustre le livre jeunesse « Ma Petite Lune / Ene ilargi ttipia », écrit par la sophrologue Elodie Munoz, nous organisons une rencontre-dédicace avec les deux auteures.

Affiche présentant la rencontre prévue au Microcosme pour la sortie du livre « Ma petite lune – Ene ilargi ttipia ».

L’histoire est destinée à aider les plus jeunes à s’endormir, par la pratique de petits exercices de relaxation.

Les deux auteures se sont prêtées au jeu de l’interview, ici au micro de Manuela Raymond, de la radio Côte Sud FM, sous le regard de parents et enfants qui attendaient leur dédicace.

Avec l’année 2016, arrive l’envie de franchir un nouveau cap. Nous proposons à Vanessa de réaliser une expo solo, qui sera donc sa première. Le challenge est une nouvelle fois accepté et une date arrêtée : ce sera pour avril 2016.

Affiche de la toute première expo solo de Vanessa Rey-Coyrehourcq.

L’artiste prépare alors une nouvelle série de dessins, pour ne proposer que des inédits à nos visiteurs, qui la connaissent déjà depuis une année.

Le Microcosme s’offre une parenthèse régionaliste pour cette exposition, en accrochant une proposition 100% Pays Basque, chorégraphiée par une artiste de Cambo-les-bains, avec cependant une volonté : montrer que l’on peut travailler sur les paysages locaux, sans tomber dans un cliché de type « carte postale ».

L’exposition est annoncée en en-tête de la page Bayonne du journal Sud Ouest.

L’artiste jouera cette fois encore le jeu des interviews et du vernissage, rappelant en souriant qu’avant notre impulsion, elle ne dessinait pas pour le public. Cette pépite mise en lumière par Le Microcosme fera notre grande fierté.

Parmi les oeuvres présentées pour la première fois dans cette exposition : la plage de la Barre, à Anglet; une maison basque, à Itxassou; un clin d’œil à la Bouquiniste Kontrapas, à Bayonne; et une déclinaison d’une rue que nous ne connaissons pas encore bien, mais qui deviendra le lieu de notre déménagement en 2017, la rue du Pilori. Comme si l’artiste avait deviné qu’il s’y jouerait quelque chose !

Le 30 avril 2016, dernier jour de l’exposition, elle viendra réaliser un dessin en direct.

Cette création en livre permettra aux chanceux visiteurs de mieux comprendre comment elle travaille.

Notre collaboration ne cessera plus. La série « Les toutes (petites) choses de la vie » se développera. Elle qui avait promis un jour, en souriant, d’en faire « cent », atteindra bientôt son objectif.

Elle nous suit, lorsque nous partons ouvrir une galerie éphémère à Marciac, à l’été 2016, pour le festival international de Jazz. Elle réalisera pour l’occasion un dessin inédit.

Elle déménage avec nous, lorsque nous ouvrons notre galerie au 14, rue du Pilori, à Bayonne, de janvier 2017 à juin 2018.

Les hommages à Bayonne sont nombreux, dans l’œuvre de Vanessa.

En mai 2017, pour les Parcours d’Artistes, un événement mis en place chaque année par la ville de Bayonne, elle effectue à nouveau un live, pour faire découvrir son travail et son univers aux visiteurs.

Aujourd’hui, Vanessa Rey-Coyrehourcq fait toujours partie de nos artistes. Le dessin est devenu une activité à part entière de son travail. Elle oscille entre la scénographie, le graphisme, et l’illustration, en fonction des propositions qui arrivent.

Nous sommes ravis d’avoir initié l’idée d’un recueil de poésies illustrées sur les Pyrénées, publié par l’association Encres, où Vanessa interprète avec brio les écrits de Jean-Pierre Barneix-Borde. Il s’agit du livre « Lentes Pyrénées ».

Nous poursuivons bien sûr le défense de cette artiste. Vous pouvez également découvrir son travail en vous rendant sur son site Internet : www.vanessa-reycoyrehourcq.fr.

<<< Voir l'artiste précédent
Voir l'artiste suivant >>>