Alberto MC

Alberto Martin Curto, qui signe Alberto MC, a étudié les Beaux Arts à Salamanque, en Espagne, d’où il est originaire. Passionné par l’univers japonais et les artistes qui le constituent, il a toujours dessiné. Ses œuvres n’ont quasiment pas encore été exposées lorsqu’il franchit la porte de notre première galerie, rue Pannecau, à Bayonne, en mars 2015.

Le hasard fait parfois bien les choses: il n’a pas eu à nous présenter son travail, car nous l’avions déjà repéré, et comptions le contacter pour lui proposer d’exposer chez nous! En effet, l’artiste, qui vit au Pays Basque depuis plusieurs années, a réalisé en 2014 et 2015 l’affiche d’un festival bien connu de la région: EHZ.

C’est à la simple vue de ces affiches que nous avons voulu en savoir plus sur Alberto MC.

Très vite, nous mettons en place une exposition solo. Alberto MC prendra place sur nos murs en mai 2015. Ce sera une véritable rencontre. Pour nous, tout d’abord, car le temps transformera cette première collaboration en une complicité professionnelle et artistique profonde, au-dessus de laquelle planera une relation amicale. Pour le public, également, qui sera subjugué par l’univers de l’artiste, créant de nombreux adeptes qui continueront à le suivre par la suite. Pour d’autres diffuseurs d’art, enfin, car de nombreuses propositions d’exposition et de travail tomberont pour Alberto MC, le faisant passer en quelques années de la pudeur d’une première exposition dans notre galerie, aux partages artistiques importants avec artistes, galeristes, et éditeurs.

Lors de cette exposition, les visiteurs découvrent sa maîtrise technique de l’aquarelle, entre douceur de l’application et tension narrative dans la représentation de certains sujets.

Il est peu dire que l’exposition est un succès: l’artiste vendra quasiment toutes ses œuvres.

Plutôt réservé et gardant sa mise à nue pour ses créations, il se fera violence lorsqu’il faudra répondre aux médias, comme ici, avec Manuela Raymond, de la radio Côte Sud FM.

Alberto MC sera de ces quelques artistes qui suivront toutes les vies du Microcosme. Suite à cette première exposition, il restera dans la partie que l’on nomme des « artistes résidents », qui ont une place sur nos murs toute l’année.

Il proposera des prints en janvier 2016, lors de notre Mois de l’image imprimée.

Lorsque l’on part à Marciac, à l’été 2016, pour ouvrir une galerie éphémère durant le festival international de jazz, Alberto MC crée spécialement pour Le Microcosme une série d’hommages. Il choisit de réinterpréter à sa manière, par l’aquarelle, quelques célèbres photographies de jazz.

Une interprétation par Alberto MC d’une photographie de Billie Holiday prise en 1947 au Downbeat Club de New York par William P. Gottlieb.

Alberto MC est un artiste vraiment présent au Microcosme: par son art exposé en permanence, bien sûr, mais aussi par ses visites régulières pour discuter et boire un café.

Quelques chanceuses et chanceux ont parfois la joie de le croiser, et en profitent pour lui demander une dédicace…

Nous recevons aussi plusieurs clins d’œil de nos clients éloignés, qui achètent en ligne et reçoivent ses œuvres directement chez eux…

Nous déménageons en février 2017, pour ouvrir dans notre local de la rue du Pilori, à Bayonne. Alberto MC est de cette nouvelle aventure. C’est même lui qui lance la programmation des expositions solo en étant le « guest », pour la deuxième fois au Microcosme, en avril 2017.

L’affiche de l’exposition, réalisée par l’artiste.

Cette exposition s’intitule « Chrysanthèmes ». Cela signifie « La fleur d’or ». Étymologiquement « chrys » (l’or) et « antemión » (la fleur), ou « Kiku ». Il s’agit d’une fleur noble, l’une des plus appréciées dans la tradition japonaise, car elle aurait le secret de la vie éternelle.

Dans cette exposition, les chrysanthèmes sont des symboles associés à des portraits de figures féminines. Qu’elles soient délicates, fortes, guerrières ou rêveuses, elles portent toutes un regard défiant, tourné vers l’avenir, vers un futur…éternel.

Le premier jour de l’exposition, l’artiste a effectué un dessin sur la vitrine. Il y a mis un point final lors du vernissage.

Une fois de plus, c’est un succès. Au-delà de l’aspect technique, l’esprit créatif de l’artiste présente des personnages (souvent), des scènes (parfois), aussi douces qu’intenses. Il montre, de manière plus poussée dans cette exposition, une inspiration esthétique pour l’univers japonais, qui insuffle des références dans son œuvre. Il y offre des clins d’œil, qui ne se réclament toutefois pas foncièrement fidèles à la représentation traditionnelle de la culture nippone.

Durant l’exposition, il offre une performance en direct : peindre une toile grand format en public. Plusieurs personnes viennent voir l’artiste travailler, échanger avec lui. Une petite Iris aura même la chance « d’aider » l’artiste dans sa création.

Lors du live d’Alberto MC, le 22 avril 2017.

Lorsque, en juillet 2018, Le Microcosme prend la forme « itinérante » que nous avons aujourd’hui, nous poursuivons notre défense du travail d’Alberto MC. Depuis, il expose régulièrement sur plusieurs escales de notre parcours.

Pour approfondir votre découverte de l’univers d’Alberto, vous pouvez le suivre sur les réseaux sociaux, ou visiter son blog: albertomartincurto.blogspot.fr.